Frais de port offertsFrais de port offerts
Dès 90 € d’achat, en France
Fait mainProduits faits mainÉthique et équitableÉthique et équitableConservation du patrimoineConservation du patrimoineEmballage soignéEmballage soignéPaiement sécuriséPaiement sécuriséDans les MédiasDans les MédiasTémoignages ClientsTémoignages Clients

Les Potières de Sejnane

C’est dans le village de Sejnane, un village situé sans les collines verdoyantes du nord de la Tunisie que des femmes continuent de mettre en pratique les techniques ancestrales et restées primitives pour le modelage, la cuisson et la décoration de la terre. Dans cette région, la poterie artisanale se perpétue de mères en filles depuis plusieurs générations. C’est ici que les femmes, depuis des siècles, réalisent des poteries naïves et originales.

Ces paysannes ont su sauvegarder le patrimoine, outre ce moyen de survie au quotidien. Elles s’appellent Habiba, Sabiha, ou Tounes, pour les premières femmes auprès de qui Comptoir Azur a acheté ces produits et signent généralement leurs œuvres.

Ayant fait de cet art  leur source de revenus principale, les femmes de Sejnane  ont toujours eu des difficultés à écouler leur production. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces difficultés et on peut citer, notamment :

  • le changement du mode de vie qui substitue à l’usage des ustensiles en poterie, celui d’artciles métaliques, en plastique ou en verre.
  • l’enclavement de la zone,
  • l’absence d’organisation et de collaboration des femmes entre-elles,
  • le manque de moyens financiers
  • la désertion de la zone par les touristes suite à la crise que vit le pays depuis le 14 janvier 2011,

La poterie modelée de Sejnane

L’extraction de l’argile se fait par l’artisane. Dans la région de Sejnane, l’argile est partout, l’artisane n’a qu’à creuser un trou dans le sol pour l’extraire.

La terre est ensuite lavée et débarrassée de ses impuretés, puis malaxée avec des débris pilés de poteries usagées et enfin façonnée à la main. Vient ensuite le polissage effectué avec un coquillage et le séchage à l’air.

Selon la couleur qu’elles veulent obtenir, les potières enduisent à l’aide d’un engobe blanc ou ocre rouge, les poteries avec  des colorants naturels issus de la terre :de l’argile blanche ou ocre rouge qu’elles sont allées chercher dans les collines avoisinantes.

Les poteries et peuvent alors passer à la cuisson qui s’effectue à même le sol, sur des branches séchées. Leur combustible est la bouse de vache.

Enfin, elles décorent leurs œuvres avec des lignes, des points, des croix, des triangles et colorent ces motifs de brun et d’ocre rouge.

L’effet satiné est obtenu en ponçant l’objet à plusieurs reprises avec un coquillage.

La couleur noire des poteries est obtenue de deux façons différentes selon le résultat choisi :

  • Si elles cherchent à noircir l’objet en surface, l’objet une fois cuit est recouvert, encore brûlant, de débris de bois.
  • Si c’est pour tracer de délicats motifs, elles utilisent la poudre de lentisque, cet arbuste que l’on retrouve dans tout le bassin méditerranéen

Ces poteries sont tendres et la cuisson qu’elles subissent semble juste suffisante pour obtenir une semi-céramique ayant une bonne qualité culinaire. En effet, ces ustensiles de poterie primitive font preuve d’une résistance au cours de leurs usages répétés sur le feu, en y faisant cuire les aliments bouillis.

Leur exécution 100% manuelle donne une empreinte humaine à l’objet artisanal. Les matières premières utilisées sont prises directement de la nature et pourraient légitimement donner à ces poteries le label de poteries écologiques.

Ma rencontre avec les potières de Sejnane

Au départ, je connaissais les créations des potières de Sejnane. Puis, je les ai rencontrées lors d’un salon à Tunis où elles exposaient leurs œuvres. Elles étaient habillées dans leur costume traditionnel. J’ai été émue par leur attitude et leur courage. Leur activité, la poterie modelée, se trouve aujourd’hui en difficulté pour les raisons exposées ci-dessus. Je voulais mettre en valeur leur travail. Mais comment faire ? Il y a un tel écart entre le monde rural et celui de l’entreprise ! J’ai donc rencontré plusieurs associations et me suis renseignée à divers endroits. Je souhaitais continuer de travailler au contact avec les artisanes. Mes pas et mes rencontres m’ont menée vers le ‘GIE des Potières de Sejnène’.

Le Groupement d’Intérêt Economique Des Potières de Sejnene 

Le Groupement d’Intérêt Economique «GIE  des Potières  de Sejnène » a été crée le 12 octobre 2012.

Ce groupement réunit actuellement une quarantaine de potières parmi les femmes de Sejnane. Il permet ainsi aux potières de réunir leurs forces, leurs moyens tout en conservant leur autonomie.

Les objectifs du GIE sont les suivants.

  • Aider les potières membres du GIE à commercialiser leurs productions
  • Les aider te les conseiller en terme de conception d’objets, de qualité des produits, gestion de base, sensibilisation aux droits humains….
  • Promouvoir la poterie de Sejnane à travers des ateliers d’initiation à la poterie destinés aux enfants et aux adultes : deux à trois femmes de Sejnane assurent l’animation de ces ateliers. Une partie des revenus des ces ateliers reviennent aux femmes animatrices et l’autre partie est reversée dans le projet.

Ce projet est réalisé et mis en œuvre en partenariat avec l’Ambassade de Finlande en Tunisie avec qui  le GIE a signé une convention de partenariat le 19 janvier 2013.

Depuis novembre  2013, le GIE des potières de Sejnène  a intégré la Fondation Yunus Social Business (financement de la 3ètape et appui technique). Yunus Social Business a été co-fondé par Muhammad YUNUS, Lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2006. Son objectif est de créer des entreprises générant des profits avec des objectifs sociaux.

Ma rencontre avec le GIE des Potières de Sejnène

C’est là aussi une belle rencontre, la rencontre de personnes partageant les mêmes valeurs et le même souhait : le souhait de la reconnaissance du savoir-faire de ces femmes, tout en les aidant et en les challengeant sur leurs créations et la qualité de leurs produits. Leur approche humaine et pragmatique m’a séduite : ils croient, comme moi, à une autre forme de business : celui qui allie des objectifs de rentabilité à des objectifs sociaux. Le GIE des Potières de Sejnène est le partenaire dont j’avais besoin pour pouvoir mettre en valeur sur COMPTOIR AZUR, le travail de ces femmes.

Ses créations

X