Frais de port offertsFrais de port offerts
Dès 90 € d’achat, en France
Fait mainProduits faits mainÉthique et équitableÉthique et équitableConservation du patrimoineConservation du patrimoineEmballage soignéEmballage soignéPaiement sécuriséPaiement sécuriséDans les MédiasDans les MédiasTémoignages ClientsTémoignages Clients

L’art de la vannerie consiste à tresser diverses fibres végétales, comme l’osier, le palmier, le jonc, ou le alfa. L’objectif est de fabriquer des objets utilitaires ou décoratifs : des corbeilles, des nattes ou du petit mobilier.

En fonction de la fibre végétale, la technique de fabrication et le savoir-faire sont différents. La fibre végétale peut être tressée sur un métier ou non.

Pour la vannerie de jonc, l’artisan tresse la fibre végétale du jonc sur un métier qui ressemble beaucoup à un métier à tisser. Il obtiendra des nattes à partir desquelles il va confectionner les objets qu’il souhaite.

Découvrez notre artisan Abdelaziz Ben Abda. Il  a fait fabriquer dans son atelier de très jolies corbeilles à linge et des poufs tressés. Quant à Hajer Mesaoudi, elle utilise la natte de jonc pour fabriquer de beaux secs à main pou femme qui revisitent le traditionnel couffin.

Pour la vannerie à base de feuilles de palmiers séchées, le travail est réalisé à la main, sans métier. L’artisan tresse le feuille de palmier en spirales.

On va retrouver ce travail dans les objets de l’Atelier Driba comme les poufs ronds qui allient de vieux kilims et de la vannerie de palmier.

On trouve également de la vannerie à partir de l’alfa, cette plante qui pousse dans les régions d’aridité moyenne du bassin méditerranéen. Une fois séchée est est rassemblée pour en faire des cordes. Notre artisan Abdelmoneem Chemingui a utilisé cette corde pour ceindre de jolies poteries.

D’autres artisans vont entrer dans notre catalogue avec d’autres produits mettant en jeu l’art de la vannerie.

Hajer Messaoudi et la Vannerie : revisite du traditionnel couffin

Hajer Messaoudi est styliste de formation et toujours en recherche de renouvellement et de perfectionnement pour ses produits. Dans les années 1990, elle se met à la broderie d’art en étudiant à la célèbre école Lesage de Paris.

Elle s’adonne alors à sa nouvelle passion : créer des bijoux et…

En savoir plus

Atelier Driba : donne une seconde vie aux objets du patrimoine

L’Atelier Driba a été fondé en 1993 par Mohamed Messaoudi. Mohamed s’investit pour protéger le patrimoine artisanal de la Tunisie, préserver la culture et les savoir-faire tunisiens.

Il démarre son parcours par l’apprentissage de l’histoire de l’art puis celui de l’architecture.

Ensuite, il s’improvise antiquaire à Paris, s’intéresse à la céramique…

En savoir plus
X